From our blog

Parlons saponification

718 Views 0 Liked
Aujourd’hui on va papoter un peu sur la différence entre la saponification à froid (SAF) et la saponification à chaud (chaudron)
Qu'est-ce la saponification ?
Il s’agit d’une réaction chimique entre un corps gras et une base forte, généralement de la soude ou de la potasse (utilisée pour les savons liquides principalement), qui produit du savon et de la glycérine. Cette réaction est couramment utilisée pour la
fabrication de savon. La saponification est une réaction exothermique : la température monte donc dans le moule (SAF) ou dans le chaudron. Quelle soit à chaud ou à froid tant qu'elle est artisanale et fait avec amour les bienfaits se ressentiront sur votre peau.
Saponification à froid
La saponification à froid est une technique de fabrication de savon qui consiste à mélanger des huiles/beurres, les ajouts et la soude caustique à température ambiante, sans utiliser de chaleur supplémentaire (les gras durs comme les beurres sont tout de même légèrement chauffés pour qu'ils soient fondus). La réaction chimique entre la soude et les huiles se fait sans distinction des huiles nobles ou non.
En effet puisque la saponification n’est pas achevée lors des ajouts nous ne pouvons garantir que les propriétés des ajouts, du surgras soient intacts.
Saponification à chaud (chaudron)
La saponification à chaud, également appelée "au chaudron", est un processus de fabrication de savon qui implique la cuisson en douceur du mélange huiles et soude. Les huiles sont mélangées avec une solution de soude caustique (mixée jusqu’à apparition de la trace : texture mayonnaise) et chauffées en douceur dans un chaudron (bain marie, mijoteuse). Le mélange est agité régulièrement ou non (tout dépendra de l’artisan). Il faut observer les différentes phases et textures de la pâte à savon (phase compote, phase de gel) pour savoir quand on pourra tester son pH. Une fois la saponification terminée (c’est-à-dire un pH compris entre 8 et 10) nous ajoutons notre surgras et les ajouts divers et variés. Ce processus est utilisé depuis des siècles pour produire du savon artisanal de haute qualité. (comme le savon d’Alep). C'est plus long, plus technique que la saponification à froid. Mais c’est la seule technique qui nous permet de conserver et garantir les bienfaits des huiles (surgras) et des ajouts (par ex : lait de chèvre, aloé vera...) que nous mettons dans le savon.
Cette technique est malheureusement très peu connue et au fil de mes recherches j’ai pu constater qu’elle est bien trop souvent confondue à tort avec :
- les bondillons (paillettes de savon qu’on passe dans une extrudeuse qui chauffe les bondillons pour former des savonnettes : souvent les savons ont une couleur pour une fragrance : violet-lavande ; rose-rose ; jaune-citron etc…)
- le relargage (savon mis dans un mélange d’eau et de sel chauffé pour le séparer de la glycérine, en passant technique est très utile pour faire de la lessive).
- Les savons industriels (les huiles/beurre sont chauffés à l’extrême puis le savon est relargué, on obtiendra donc un savon avec très peu voir pas de surgras et sans glycérine naturelle)
- Et bien d’autres exemples que je n’ai pas noté
Cette technique encore très peu répandue en savonnerie artisanale permet pourtant la création d’un savon de qualité, non asséchant et tout doux pour votre peau. Mes savons et shampoing pour l’hygiène corporel seront fabriqués uniquement grâce à cette méthode. Et j’ai hâte de vous la faire découvrir.
????
Bulleusement ???
Fanny
?@tehila_fj_67

Leave a comment

Log in to post comments